Paroles "Je vis dehors"
auteur : Frédérick Arno

Authentique et sincère

 

C’est ainsi que s’ouvre la route

Que s’achèvent nos doutes

Du haut de nos falaises jetés

Dans notre ardente épopée

 

Seule, tu viens à moi

En un sourire d’ivoire

La lune s’est posée sur la mer                          

Authentique et sincère

 

Tu lis tout dans mes yeux

 A l’ombre de mes cils

 Il nous reste nous deux

 Authentique et fragile

 Je lis tout dans tes yeux

 A l’ombre de tes cils

 Je ferais tout pour que tu restes

 Authentique et sincère

Sur ta peau d’or et de pierres

glissaient nos rêves hier                                                

mes mots pour te retenir                                              

Je sais qu’il est temps de partir

Ils diront bien ce qu’ils veulent

A force de mots dire

Les envieux vocifèrent

assoiffés et amères

Tu lis tout dans mes yeux

A l’ombre de mes cils

Il nous reste nous deux

Authentique et fragile

Je lis tout dans tes yeux

A l’ombre de tes cils

Je ferais tout pour que tu restes

Authentique et sincère

 

 

Et ce matin, le nord

A l’horizon se perd

De tous nos corps à corps

Nos passés solitaires

Et le vent dans les yeux

Souffle sous nos paupières

Je ferais tout pour nous deux

Authentique et sincère

 

Seule, tu viens à moi

En un sourire d’ivoire

La lune s’est posée sur la mer

Authentique et sincère

Ce que tu veux

 

Se croiser par hasard                    

Un café dans un bar

Nos deux regards se parlent

 

Un mot, une seconde                  

Un sourire, un prénom

Un jeu de séduction

 

S’attirer, se toucher                     

Nos mains justes effleurées

Me suivez-vous dehors               ?                                                                           

 

Un dernier verre chez moi        

on attend l'heure, l’endroit

je vous ouvre la porte

 

Ce soir, venez contre moi – que je vous tutoie

Viens viens viens viens

Je te ferais tout ce que tu veux

Tout Ce que tu veux, ce que tu veux

                                                                             

on se veut, on s’embrasse,       

et nos désirs s’enlacent

je vous veux à genoux

 

Une nuit pour s’aimer                 

une danse allongée

mes lèvres à vos dessous

 

Au réveil  endormis                      
une main vous retient
le jour se lève enfin

 

une fièvre enivrante                                   

des heures troublantes

L’impatient corps à corps

 

Dans ma chambre forte                                             

Que le diable m’emporte

Ferme les yeux


Une ombre dans le désert

Une lueur dans le noir

Quand les heures s’enterrent

Tout ballait ma mémoire

 

Avant c’était sans bruit

Les silences dans le vide

Les pleurs sous la pluie                                            

Tu as changé ma vie                        

 

Ferme les yeux,

Je suis un autre homme                                          

Depuis qu’on est deux                                             

la nuit est profonde

ferme les yeux

Quand tu me murmures , tout bas  « ferme les yeux »

 

C’est un frisson matinal

Un souffle, un idéal

Une vague où je me noie           

Allongé contre toi                                                                                                                                    

Après les habitudes

De ces soirs immobiles

Emporter ma solitude

Me guider et me dire

 

Ferme les yeux,

je me sens si vivant

Depuis qu’on est deux                                             

la nuit est intense

ferme les yeux

Quand tu me murmures tout bas « ferme les yeux »

 

ferme les yeux

ferme les yeux

ferme les yeux

Infidèle

 

Un autre attendrait la peur au bout des doigts

Un autre dirait « je meure, emmène-moi »

Crois-tu que nous nous serions serrés si fort,

Quand l’un de nous deux,  s’enfuit quand l’autre dort ?

 

Mon amour, je sais que la place est prise

A mon tour, j’me libère te ton emprise

 

Quels sont ces regards qui défilent sur ta peau ?

On te scrute, on te mate sur tous les réseaux

Une porte qui claque quand blessent les mots

On s’attache, on se plaque, infidèle à nouveau

 

Les désirs s’affichent en mode virtuel

S’aimer à midi dans une chambre d’hôtel

Hannn ça va finir mal

Hannn quelle issue fatale ?

 

Mon amour, je sais que la place est prise

A mon tour, j’me libère te ton emprise

Je bois la vie

 

Je bois à mon enfance et à mes premières fois

Je bois à l’insouciance, une empreinte de toi                                          

je bois à nos délires, je bois à ta folie

je bois à nos fous rires, je bois à tes envies

 

je bois à tes lèvres, à l’amour qui s’allume

Je bois à tous nos rêves, aux fantômes qui fument

Je bois aux émotions, à ta main dans la mienne

Je bois aux illusions, aux baisers que l’on sème

 

je bois pour oublier les écharpes nouées

les lampadaires jaunis dans les rues de Paris

mon âme qui flâne, le vent dans les voiles

je crois en ma bonne étoile

Je bois à la vie. A la vie je bois
Et ma vie,  c'est toi    


 

je bois à notre histoire, aux anges que l’on croise

je bois à ta mémoire, au temps qu’on apprivoise

je bois  aux sentiments, au bonheur qu’on attend

je bois à l’amitié et aux couleurs du temps

 

je bois pour oublier les écharpes nouées

les lampadaires jaunis dans les rues de Paris

 mon âme qui flâne, le vent dans les voiles

je crois en ma bonne étoile

Je bois à la vie. A la vie je bois
Et ma vie, c'est toi 

 

 

 

 

Je ne te crois plus

 

 

Crois-tu me mentir, crois-tu m’émouvoir ?

Me le dire au fond des yeux, comment me faire croire ?

« Tu n’es jamais seul »  « mon amour est là » ?

Combien de mensonges, des « je ne veux que toi » ?

Crois-tu qu’il existe, ce rêve d’hier ?

Je veux que tu m’oublies, j’ai l’âme de travers

J’te l’dit en face

 

oh Je ne te crois plus

 

Crois-tu qu’on pourrait finir la romance ?

Es-tu prête à les entendre, mes doutes et silences ?

Un malentendu s’efface en passant

Une vague à l’âme meurre dans l’océan

Crois-tu qu’il existe, ce rêve à l’envers ?

Comment traverser ses humeurs éphémères ?

J’te l’dit en face

 

oh Je ne te crois plus

 

Tous ces jolis mots n’étaient que du vent

Je dépose les armes, je renonce à présent

Tu m’as laissé m’en aller maintenant

Ta voix me tue, ne me parle plus

Je vis dehors

 

 

Faudra-t-il au matin,  au petit jour m’enfuir,   

Les paupières lourdes de mes souvenirs ?
Traîner mon ombre hors du bocal                 

Quand le soleil ouvrira ses pétales ?

Au-delà des voiles, des mûrs invisibles

De ce va et vient entre le jour et la nuit                     

Il n’y a que le vent qui se promène ainsi dehors

Serait-ce le vide quand le silence dort ?

                                                                      
Et même si tout à changer                             

Un oiseau chante encore                              

au fil de mes pensées           

je vis dehors                          

Nous faudra-t-il changer d’avenir                  

En un mot, savourer de simples plaisirs ?

Dans le ventre de mon logis-ciel                               

Je rêve d’un printemps éternel


Et même si tout à changer                             

Un oiseau chante encore                              

au fil de mes pensées                       

je vis dehors                          

je vis dehors              

je vis dehors


Je lance un regard par la fenêtre

J’imagine des lendemains lumineux

Les heures s’évadent sourdes et muettes

A l’attente de jours heureux.
 

Et même si tout à changer                             

Un oiseau chante encore                              

au fil de mes pensées                       

je vis dehors                          

Et même si tout à changer

Je vis dehors

Je vis dehors

Tout vacille

 

Tout m’attise, tout vacille

Tout me grise, les filles en talon aiguille

Tout m’attise, tout vacille

Tout se vrille la nuit en bas résilles

 

Tout m’attire, je spychanalyse

Tout se tord, le temps n’est pas docile

Tout m’attriste et me traumatise

Tout se vrille et la vie défile

 

On se promet d’être sage

On se jure des nuits sauvages

On se fiance en attendant

 les serments en habits blancs

 

On se promet des terres pures

Avec du style et de l’allure

On brille d’or et de lumière

On s’a joue avec manière

 

On se promet des légendes

Des croyances sans attendre

On s’promet au fond des yeux

D’éternels demi-Dieu

 

On se promet des batailles

Des étreintes sans muraille

On s’est promis la lune

Des nuits rincées sur les dunes

 

 

on se promet une belle vie

De ne jamais se trahir

On se promet tant et tant

Et on joue avec le temps

   

Elle vieillit

 

Elle a su lire les lignes de la vie,

Aujourd’hui, elle vieillit

 

Les années roulent le long de ses joues

Les années passent comme des rivières dans les yeux

Son corps sourd dans ce monde un peu flou                          Son coeur parle comme des lumières dans les cieux

 

Elle sait rester jeune, c’est sa force intérieure

Pour un enfant seul, pour un homme qui pleure

Elle sait que tout fane et qu’elle a fait sa part

le courage d’une femme, les souffrances et l’espoir

 

Elle a apporté sa pierre à l’édifice

Elle a payé le prix des sacrifices

A cet instant quand décline les jours

Elle se retrouve dans les yeux de l’amour

Les fêtes Gitanes

 

Elles ont la couleur du feu

Et la chaleur dans le cœur

C’est le vent dans leurs cheveux

C’est la fierté dans les yeux

 

C’est le soleil que l’on aime

Le voyage qui les mène

Un instant d’éternité

C’est la famille, le respect

 

Et même s’il est tard, oh oh oh lé

Moi, je prends ma guitare oh oh oh lé

On va danser ce soir oh oh oh lé

Chanter l’amour et l’espoir

 

Dans les fêtes, les fêtes, les têtes s’enflamment

Dans les fêtes, les fêtes, les fêtes Gitanes

                               

 

C’est une rose qui sourit

Un rendez-vous dans la nuit

Des larmes dans la voix

Un baiser de la Mama

 

Elle efface les ennuis

C’est de l’or dans notre vie

C’est le rythme des Gipsy

Aux Saintes-Maries

Tu sais

Ça faisait longtemps que j’attendais cela

C’est le moment pour le chanter je crois

L’Suffit d’un instant, se sentir utile et rare

Si tu m’entends, c’est un nouveau départ

 

c’est un souffle à te donner

De jolies choses à t’offrir

Quelques hommes à sauver

Un printemps à venir

 

Tu sais, que le monde t’ouvre ses bras

Tu sais qu’il tourne, tourne sans toi

Tu sais, que le monde t’ouvre ses bras

Tu sais qu’il guide, guide tes pas

 

Alors donne, donne, donne

Donne donne donne, donner c’est recevoir

Un peu de vie, un peu de joie                                 

un peu de vent, un peu de voix

Alors donne, donne, donne 

Donne donne donne, donner, c’est recevoir

un peu de temps, un peu de toi                             

Le ciel devant toi

 

Viens, prend le temps de vivre

Un ailleurs à poursuivre

Prend le temps de danse, danse, danser, eh !

                                                                               

Viens, à toi de décider

La voix toute tracée

Tu peux prendre un bateau, tout changer en plus beau

Tu vas écrire notre histoire

S’envoler au hasard, n’importe où mais nulle part

Le monde ouvre ses bras

Tu verras des trésors, le ciel devant toi                               

                              

Viens viens viens suivre d’autres chemins

viens viens viens vivre un autre destin

                                              

Prend le temps, le temps, le temps, prends le temps de vivre                

Prend le temps, le temps, le temps, prends le temps d’aimer                 

Prend le temps, le temps, le temps, prends le temps de vivre                

Et danse, danse danse, danse dance dance danse danse danse dance

 

Viens, je t’invite à me suivre

Sur les routes qui mènent                         

Au loin vers les edens

Allez viens ! Eh !

La Senorita

 

Quand elle est rentrée

Belle comme le soleil

Tout me semblait irréel

Tous ne regardaient qu’elle

 

Parmi tous ces gens

Son regard brûlant

Elle joue avec le temps

Elle ne veut pas d’amant

 

Comme dans un sommeil, tout au fond de moi

Elle  fait des merveilles, la Sénorita

Rien n’est plus pareil, quand elle est devant moi

Elle  fait des merveilles, La Sénorita

 

 

Au détour d’une rue

D’la Segrada Familia

Ma belle inconnue

S’approche comme un chat

 

Elle écrit l’histoire

Et me fait veiller tard

Elle me hante  chaque fois

Et ce soir, je me noie

Les saveurs douces-amères

 

Je ressens la pluie sur les trottoirs gris de novembre
les jours sans soleil, les nuits d'hiver dans ma chambre

Je ressens la ville,  les soirs habillées de lumière,
tes yeux émerveillés aux saveurs douces-amères


Je ressens les voyages, les taxis, les départs,

Les valises oubliées sur le quai d’une gare

Je ressens le flot des rivières, le calme des lacs blancs

Je ressens la terre, les déserts, les silences troublants  

 

Que deviendront nos étés aux rêves éphémères

Le miel, les amandes aux saveurs douces-amères

Je ressens la nature qui voudrait reprendre ses droits

les replis, les échecs de ce monde qui se bat

Je ressens la Venise qui peu à peu se noie

Les maisons qui s’écroulent, les vieux clochers sans voix

 

Je ressens le grand large et les bateaux échoués
Je ressens cette terre d'Afrique desséchée

Je ressens le froid, la neige, les grands sapins

Les matins de glaces, le manteau sibérien

 

Que deviendront nos étés aux rêves éphémères

Le miel, les amandes aux saveurs douces-amères

 

Je ressens les amants d’un jour, enlacés

Un baiser dans un parc pour une éternité
Je ressens tous les cieux et les enfants qui jouent

Les prières des vieillards et le chahut des fous

 

Je ressens le bruit de la rue, un café et la Seine,

Les hommes qui courent et les mains qui se tiennent.

Je ressens l’humanité et le pouvoir d’aimer

Je ressens l’humilité, les valeurs oubliées

Les silencieux

C’est une histoire des plus simples

Pour tous ceux qui existent si peu

Ceux qui encaissent sans se plaindre

Les yeux fermés, les silencieux

 

Ceux qui ne dorment pas la nuit

Restent en retrait dans leur souci

Trouvent-ils un sens à leur vie ?

Ceux qui ne font pas de bruit

 

Ceux auxquels, on pense à peine

Ils volent au-dessus des beaux parleurs

Se taire, c’est hurler sans haine

S’habiller, se voiler de pudeur

A ceux qui subissent sans un cri

C’n’est pas un jeu mais si banal

Quand ils se moquent, ils humilient

blessures physiques ou bien verbales

 

Ceux qui n’ce sont pas fait une place

Leurs yeux s’allument en solitaire

Toujours assis au fond de la classe

Jamais devant, toujours derrière

 

Ceux qui ne cherchent pas la guerre

Dont les paroles ne comptent guère

A ceux à qui manquent les mots

Sans followers dans leur réseaux

 

Ils parlent en langage des signes

Sans couverture de magazines

Ces ambassadeurs de Mîmes

Ces « Marceau » et ces « Chaplin »

 

Les oubliés aux douleurs muettes

Sans tambours ni trompette

Ceux qui écoutent le murmure des cieux

Et prient dans le secret des Dieux

 

Est-ce l’eau qui dort, un  silence qui s’émiette ?

Est-ce le calme avant la tempête ?

Une porte fermée, un vertige qui courre

Loin d’être aveugle, loin d’être sourd

 

Elles ne disent rien et cachent leurs bleus

Celles qui supportent tous les coups

Elles serrent les dents et ferment les yeux

« balance leur porc » et tiennent debout.

 

A tous les discrets, les sages et les timides

Les calmes, les faibles et les sensibles

Pour écouter, il faut être libre

Ils l’ont compris, les anonymes

 

Je pense à ceux qui n’se rappellent

De leurs souvenirs sans se comprendre

Epouse, fille où tout s’emmêle

Les mots perdus, la mémoire tremble

 

A ceux qui gardent, si fragiles

C’est un hommage, aux mots précieux

Une qualité d’âme, un royaume immobile

On peut être beaux et silencieux

 

Chers amis,

Merci, mercis 1000 fois et encore pour tout ce que vous

m'avez fait vivre de bon dans cette période où j'ai écris ces chansons. Quelle joie de partager avec vous ces moments chaque semaine qui a vue naître peu à peu cet album. Ces moments que je prends comme un privilège. 

Une ambiance particulière en studio avec le désir de bien faire et surtout de bien "faire rêver" à l'écoute de mes histoires. Que dire ? je suis fier de vous tous, qui ont participé à la réalisation de cet album "Je vis dehors". Amateurs de mots, professionnels de voix, experts de musiques et d'images et surtout ami(e)s de coeur. Une belle famille pour moi ... ma chance !

Pascal Coquard et François Forestier du Studio "Les Tontons flingueurs" - aux voix, Célia Forestier, Laurence Fargeat, Elina Korniienko, Michèle Wignal. Matthieu Coquard, Ludo Roy du studio "Selene Production". Pour les images, Sylvain Bonnardot pour "SBO events". Sébastien Kauffmann (mon éditeur) pour "All styles éditions".

JFHF2881.JPG
IMG_6829.jpg
IMG_6591.jpg
IMG_5363.JPG
IMG_6530.JPG
IMG_6939.JPG
DSC_0093_edited.jpg
IMG_6966.JPG
IMG_7072.JPG
IMG_E6508.JPG